Actions à l’international

Sauvegarde de la grande faune des aires protégées du Bafing (Mali).

Afin d’aller plus loin dans le partenariat entre l’Amepane et Mille traces, les deux associations, en étroite coopération avec les services de la Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF) du Mali, ont démarré un programme d’inventaires faunistiques dans les aires protégées de la zone Bafing – Falémé concernées par le projet de création de l’Aire Protégée Transfrontalière Bafing – Falémé (APTBF).

Les éléments ci-dessous sont extraits du bilan synthétique du premier volet de ce programme, effectué par une mission conjointe de Mille Traces, de l’AMEPANE et de la DNEF du Mali en décembre 2013. Le document complet est à consulter  Résumé rapport préliminaire Bafing.

Concernant l’état de conservation de la faune dans la zone d’étude, seules trois espèces de la zone d’étude peuvent être considérées comme étant en « très bon » état de conservation. Il s’agit des trois primates, le Patas, le Babouin de Guinée et le Callitriche. Pour le Phacochère, les deux espèces de Varans et le Python de Séba, l’état de conservation est évalué comme « bon ».

Pour onze espèces l’état de conservation est évalué comme étant « moyen ». Parmi ces espèces figurent notamment le Chimpanzé, espèce présentant un enjeu réglementaire et patrimonial (au niveau national et international) important. Y figurent également les deux Céphalophes et le Guib harnaché, ainsi le Léopard et Lion.

L’état de conservation est « défavorable » pour l’ Hippotrague , l’Ourébi, le Crocodile nain , le Crocodile à long museau et le Chacal doré.

Les populations de Buffle, Cobe Défassa et Redunca sont dans un état de conservation « très défavorable ». De même  que les deux espèces de Hyènes.

Enfin, l’état de conservation est évalué enlever le à « extrêmement défavorable » pour le Cobe de Buffon et l’Eland de Derby, ainsi que le Lycaon. Pour ces trois espèces le risque d’extinction dans la zone, si ce n’est pas déjà le cas, paraît imminent.

Un avenir pour les éléphants d’Afrique de l’Ouest


Mille Traces achemine chaque année (depuis 2004) en Afrique de l’Ouest, une dotation de matériel
à destination des parcs pour soutenir le travail de surveillance de la grande faune sauvage et en particulier des éléphants.


Le symposium organisé en 2004 l’égide de Pierre PFEFFER a abouti à une résolution en faveur de la préservation des éléphants d’Afrique de l’Ouest encore présents le long d’un corridor de migration concernant plusieurs de ces pays. Cette première action de Mille Traces en 2004 avait pour vocation de réagir rapidement au Symposium et mettre en application deux préconisations inscrites dans la résolution à savoir : Un renforcement des mesures de conservation des éléphants et de leurs habitats. L’approfondissement des relations entre les états de l’aire de répartition.

Matériel acheminé chaque année
3 véhicules Renault (type R4) acheminé jusqu’à destination pour être remis au contact local avec définition des objectifs de leur utilisation.

40 équipements de base pour les gardes : matériel d’observation et de surveillance naturaliste (jumelles, lampes, tentes, treillis, chaussures de marche etc.)
Au passage, à la traversée des villages des recharges de gaz vides et des brûleurs seront offerts aux populations locales pour limiter le prélèvement de bois pour la cuisson des aliments (30m3 de bois économisés par foyer et par an)
Au passage, des médicaments et matériel orthopédiques sont offerts à des dispensaires. Occasionnellement un camion, des ordinateurs, du matériel radio.

Mise en œuvre
Mille Traces, 6 chauffeurs à chaque mission plus une équipe en France.

Pays équipés
Mali, Burkina Faso, Togo, Bénin, Niger.

Partenaires en France
SNPN, Fondation Nature et Découvertes, ligue ROC, magazine Terre Sauvage, réseau d’adhérents Mille-Traces.

Relais en Afrique
Parcs, réserves, ministères, associations non gouvernementales.

Aujourd’hui, un corridor de 3 000 km est équipé pour une lutte anti braconnage plus efficace.

Dès 2010, un nouveau volet s’ouvre à Mille Traces:
l’ éco-volontariat et l’éco-tourisme

Chantier d’éco-volontariat

Mille Traces en partenariat avec l’association A Pas de Loup met en place dès l’été 2010 des chantiers d’éco-volontaires.
La mission se déroule au cœur de l’Afrique de l’Ouest, au Mali et au Burkina Faso. Le campement est placé à proximité du parc du Gourma, formidable espace naturel abritant de fameuses espèces animales. Ce programme vise à sauvegarder la population d’Eléphants d’Afrique de l’Ouest et comprend plusieurs volets dont:

- L’amélioration du suivi scientifique par la mise en place de moyens matériels et d’une coordination transnationale entre les différents acteurs de la protection de la nature dans les pays concernés.

- La sensibilisation de la population locale et la valorisation de l’éléphant vivant à travers l’accueil de séjours éco-touristiques. Les volontaires sont chargés de la construction d’un éco-campement pour l’accueil de futurs stagiaires, scientifiques, séjours éco-touristiques, etc. De l’entretien et de l’amélioration du matériel déjà offert, les années précédentes. Ils réalisent également le curage d’une mare, débutent les activités de reboisement et consacrent plusieurs journées à l’observation des éléphants et de la faune environnante.
Ces chantiers permettront de créer un emploi (cuisine, intendance, gardiennage).

Séjour d’éco-tourisme

En parallèle de l’éco-volontariat, et avec l’agence de voyage naturaliste Saiga, l’association voudrait développer des séjours d’observation faunistique, dans le but d’apporter des devises aux villageois.

 

Les commentaires sont fermés.